Top of this page
Skip navigation, go straight to the content

Newsroom Press Releases

Inauguration de la Chaire UCL – UCB : un nouvel élan pour la recherche sur le lupus et la polyarthrite

Bruxelles (Belgique), le 9 mai 2012 - À la veille de la journée mondiale du lupus, l’UCL et UCB inaugurent la nouvelle Chaire en rhumatismes inflammatoires et systémiques. Cette Chaire permettra à l’UCL de renforcer sa recherche sur deux maladies invalidantes sévères : la polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux disséminé. L’objectif à terme est de permettre un diagnostic plus précoce pour un traitement mieux ciblé de ces pathologies et de découvrir les mécanismes déclencheurs des rhumatismes inflammatoires.

Une recherche centrée sur le patient

Créée avec le concours de la Fondation Louvain de l’UCL, cette Chaire sera coordonnée par les professeurs Frédéric Houssiau et Bernard Lauwerys du département de rhumatologie de l’UCL. « Les questions que nous traitons sont essentiellement orientées vers les patients », explique le Professeur Lauwerys. « Par exemple, comment optimaliser la qualité des soins prodigués aux personnes souffrant de ces pathologies ? Comment réaliser un diagnostic précoce ? Ou encore comment individualiser le traitement en fonction des caractéristiques individuelles de chaque patient ? »

« Dans nos travaux, nous avons pu démontrer que les maladies rhumatismales inflammatoires se caractérisent par des signatures moléculaires distinctes, qui peuvent être identifiées par exemple dans des biopsies de la membrane synoviale », précise le Professeur Houssiau. « Dans le cadre de cette Chaire, nous espérons pouvoir développer un “kit diagnostique” qui permettra, mieux que les seuls paramètres cliniques, de classer correctement les patients aux stades les plus précoces de leur maladie, à un moment où les symptômes cliniques sont encore aspécifiques, car partagés par d’autres pathologies apparentées. Nous avons aussi pu démontrer que les effets moléculaires des thérapeutiques ciblées sont très différents, même si leurs effets cliniques semblent très analogues. Enfin, nous commençons à entrevoir la possibilité que des biomarqueurs puissent prédire la réponse à tel ou tel autre traitement, évitant ainsi d’exposer les patients à des traitements auxquels ils ne répondront probablement pas ou, pire, causant des effets secondaires sérieux. »

Un partenariat fort

« Depuis de très nombreuses années, UCB a initié un grand nombre de partenariats avec des institutions académiques internationales de premier plan. Nous croyons résolument en un modèle d’innovation ouverte. La recherche ne peut se mener en vase clos, et pour cette raison nous nous associons à des acteurs, qui tel l’UCL, sont en mesure de faire avancer une recherche centrée sur les besoins des patients. Le Service de Rhumatologie des Cliniques universitaires Saint-Luc a acquis une solide expertise, internationalement reconnue, dans la prise en charge des maladies rhumatismales inflammatoires, notamment grâce à la conception et à la coordination de plusieurs protocoles thérapeutiques à l’échelle européenne. Nous sommes ravis d’apporter notre soutien à ses projets de recherche innovants », commente Ismail Kola, président et vice-président exécutif de NewMedicines au sein d’UCB.

Maillon incontournable entre la recherche fondamentale et la recherche clinique, la recherche translationnelle telle que menée par l’UCL doit, pour délivrer des résultats significatifs, atteindre une certaine masse critique. Il s'agit autant de la masse de patients recrutés (pour que les observations soient généralisables au plus grand nombre), que de celle des chercheurs impliqués (cliniciens, statisticiens, biologistes, logisticiens impliqués dans le stockage et le traçage des échantillons). « Dans ce contexte, l’association entre la recherche universitaire et le monde de l’entreprise est essentielle », déclare le recteur UCL, Bruno Delvaux. « Nous sommes de fervents partisans de collaborations fortes entre le monde académique et industriel. Ce type d'interactions débouche aux Etats-Unis sur une large avance dans l'innovation (bio)technologique. En collaboration avec des partenaires académiques et industriels, nous devons viser grand, et avoir l'ambition de faire la différence ! »

Polyarthrite rhumatoïde et lupus érythémateux disséminé : deux pathologies rhumatismales invalidantes

Le champ d’application de la rhumatologie concerne de plus en plus des pathologies inflammatoires et auto-immunitaires. Ces affections, qui concernent plus de 100.000 belges, peuvent apparaître à tout âge (d’ailleurs plutôt chez des individus jeunes, y compris chez des enfants) ; elles sont nettement plus fréquentes chez la femme que chez l’homme. La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire de la synoviale qui, non-traitée, détruit progressivement les articulations, occasionnant par là des douleurs chroniques, compromettant la performance locomotrice et réduisant donc la qualité de vie. Le lupus érythémateux disséminé (LED), qui doit son nom à ses manifestations cutanées, provoque non seulement de l’arthrite mais aussi de sérieux problèmes systémiques, rénaux, sanguins, cérébraux et autres, qui peuvent engager le pronostic vital.

Le 10 mai, journée mondiale du lupus

La journée mondiale du lupus a été imaginée par un comité de 13 pays à l’initiative de l’Angleterre qui a lancé un appel à tous les gouvernements pour soutenir financièrement la recherche. Elle a pour objectif de sensibiliser le grand public et les médecins à cette maladie auto-immune invalidante qui touche plus de 5 millions de personnes à travers le monde.

Inauguration de la Chaire

L’inauguration officielle de la Chaire UCL-UCB a lieu ce 9 mai 2012 à l’UCL, à Bruxelles, en présence de Monsieur Benoit Cerexhe, ministre de l’économie, de l’emploi, du commerce extérieur et de la recherche scientifique de la Région de Bruxelles-Capitale, de Bruno Delvaux, recteur de l’Université catholique de Louvain, des professeurs titulaires de la Chaire : le Professeur Frédéric Houssiau et le Professeur Bernard Lauwerys, tous deux de l’Institut de recherche expérimentale et Clinique– Pôle de pathologies rhumatismales de l’UCL et de Monsieur Didier Malherbe, vice-président Public Affairs d’UCB.

Pour de plus amples informations

Isabelle Decoster, Attachée de presse UCL
T +32 10 47 88 70, isabelle.decoster@uclouvain.be
Laurent Schots, Global Communications, UCB
T +32 493 09 66 38, laurent.schots@ucb.com

A propos d'UCB

UCB (www.ucb.com) est une société biopharmaceutique établie à Bruxelles (Belgique) qui se consacre à la recherche et au développement de nouveaux médicaments et de solutions innovantes destinés aux personnes atteintes de maladies graves du système immunitaire ou du système nerveux central. Employant plus de 8 000 personnes réparties dans près de 40 pays, la société a généré un chiffre d'affaires de EUR 3,2 milliards en 2011. UCB est cotée sur le marché Euronext de Bruxelles (symbole : UCB)

A propos de l’UCL

L’UCL est une des plus anciennes universités d’Europe (1425). Elle offre à 27 289 étudiants de quelque 119 nationalités des centaines de formations dans tous les domaines du savoir. Le classement établi par le QS World University Ranking (2011) la place à la 125e place, ce qui en fait la première université de la Communauté française de Belgique. Plus d’infos sur l’UCL : www.uclouvain.be

Déclaration prospective

Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives fondées sur les plans, estimations et convictions actuels du management. Toutes les déclarations, hormis les déclarations ayant trait à des faits historiques, peuvent être considérées comme des déclarations prospectives, notamment les estimations du chiffre d’affaires, des marges d’exploitation, des dépenses en immobilisations, des liquidités, d’autres données financières, des résultats juridiques, politiques, réglementaires ou cliniques attendus et d’autres estimations et résultats. De par leur nature, ces déclarations prospectives ne constituent pas une garantie de performances futures ; elles sont soumises à des risques, incertitudes et hypothèses qui peuvent donner lieu à des différences significatives entre les résultats réels et les résultats sous-entendus dans les déclarations prospectives figurant dans le présent communiqué de presse. Figurent parmi les facteurs importants susceptibles d’entraîner de telles différences : l’évolution du contexte économique général, du domaine d’activité et de la concurrence, l’impossibilité d’obtenir les homologations réglementaires nécessaires ou de les obtenir selon des conditions acceptables, les coûts associés à la recherche et développement, l’évolution des perspectives pour les produits du pipeline ou les produits en phase de développement par UCB, les effets de décisions judiciaires ou d’enquêtes publiques futures, les réclamations pour responsabilité du fait de produits, les obstacles à la protection des produits ou produits candidats par brevets, l’évolution de la législation ou de la réglementation, les fluctuations des taux de change, l’évolution ou les incertitudes de la législation fiscale ou de l’administration de cette législation, et le recrutement et la rétention des collaborateurs. UCB fournit ses informations à la date du présent communiqué de presse, et déclare expressément n’avoir nullement l’obligation d’actualiser les informations contenues dans le présent communiqué de presse, que ce soit pour confirmer les résultats réels ou faire état de l'évolution de ses attentes.

Rien ne permet de garantir que les nouveaux produits candidats du pipeline feront l’objet d’une autorisation de mise sur le marché, ou que de nouvelles indications seront développées et homologuées pour les produits existants. S’agissant des produits ou produits potentiels qui font l’objet de partenariats, de joint ventures ou de collaborations pour l’obtention d’une homologation, des différences peuvent exister entre les partenaires. Par ailleurs, UCB ou d'autres sociétés pourraient identifier des problèmes de sécurité, des effets indésirables ou des problèmes de fabrication après la mise sur le marché de ses produits. Enfin, le chiffre d’affaires peut être influencé par les tendances internationales et nationales en matière de soins gérés et de limitation des coûts liés à la santé, par les politiques de remboursement imposées par les tiers payeurs, ainsi que par la législation régissant la tarification et le remboursement des produits biopharmaceutiques.


Stay up-to-date on the latest news and information from UCB